11ème jour – le 17 mai – Marcher pour se retrouver.

En chemin – 9h00 – soleil généreux, temps chaud.

Marcher pour se trouver. Marcher pour se retrouver. C’est le sens de son départ. Véronique, valaisanne,  est maman de 2 enfants. Elle a besoin de ce moment pour se trouver seule. Même si elle n’a pu caler que 4 jours de marche jusqu’à Aumont-Aubrac. 100 km de marche pour connaître la solitude, pour rechercher le manque.  Le manque pour apprécier le trop plein. Ce trop plein de ce que doit être une maman parfaite, une compagne aimante, une amie disponible, une collègue souriante.

Véronique, je l’ai rencontrée à la sortie de la messe des pèlerins. Son sac sur les épaules, elle partait avec une légère angoisse. J’attendais des personnes rencontrées la veille qui brillaient par leur absence. Je lui ai proposé de l’accompagner pour ces premiers pas.

Combien sont-ils à partir pour se retrouver, pour une quête, ou suite à un accident de la vie? Je rencontre parfois à la sortie de la cathédrale, l’une pleurant ne pouvant retenir son émotion, l’autre, l’air grave. D’autres fanfaronnent parce qu’ils seront assez forts pour affronter la distance, les étapes, les kilomètres.

Puis, la marche, pas après pas, fait son travail. Elle enlève le superflus. Elle me ramène à moi, à mon essence, à mes besoins, à mes valeurs.

Marche, Véronique! Marche!