1er jour – le 7 mai

Jour 1 : une nouvelle aventure commence: accompagner les pèlerins pendant 50 jours sur leurs premiers kilomètres.

Il est 8 heures à la Cathédrale du Puy-en-Velay, le 7 mai. Sortie de la messe sous un ciel plombé.

La grande porte de la cathédrale se lève. Cette trappe impressionnante au milieu de la nef s’ouvre sur les escaliers descendants vers les rues  pavées du Puy.   Les pèlerins s’engagent sur le grand escalier vertigineux vers leur nouvelle aventure. Ils descendent par 2, par 3, parfois hésitants face aux nombreuses marches de la cathédrale. Les uns prennent des photos, les autres prenant la pose ou tentent un selfie.

Je suis sous le porche à les accueillir, une affiche posée sur mon sac à dos. Celle-ci s’envole de temps en temps sous les roucoulements des pigeons qui me narguent.

Mais comment interpeller les randonneurs et proposer mes services? J’ai bien déposé des dépliants, des affiches dans les lieux d’hébergements et office du tourisme. Mais là, les randonneurs sont face à moi. J’en apostrophe l’un ou l’autre. J’essuie quelques refus polis à juste titre. « C’est gentil, nous débrouillerons seuls » ou « nous n’avons pas encore déjeuner ».  Le recteur de la cathédrale s’arrête, je lui explique mon projet et il me souhaite bonne chance dans mon entreprise.

La porte se referme et je retrouve seul sur les marches. Je prends mon sac et descends les marches, dubitatif.

Un premier essai, une première réflexion: c’est la veille que j’informerai. Rendez-vous ce soir au Camino, puis derrière un écran pour le résultat de l’élection présidentielle française.